Les régions du Chili

Le Chili est un pays magnifique et encore méconnu. Cette mince bande de terre de près de 4 300 km de long, qui s’étire sous un ciel pur et criblé d’étoiles, possède de nombreux atouts. Est-ce un hasard si on trouve dans ce pays à la fois l’un des points les plus secs du globe (désert d’Atacama) et l’un des plus humides (l’île de Chiloé) ? Et, l’île de Pâques est la cerise sur le gâteau !

Nous vous invitons au voyage et à la découverte, dans des régions qui nous tiennent à cœur et que nous connaissons particulièrement bien. Avec une géographie unique au monde, ce pays vous offre les multiples facettes d’une nature restée sauvage !

Le Grand Nord

L’ALTIPLANO CHILIEN

L’Altiplano, qui s’étend sur quatre pays, l’Argentine, la Bolivie, le Pérou, et le Chili, est un incontournable de l’Amérique du Sud. Il tient son nom du fait qu’il est constitué de terrains plans à très haute altitude, en moyenne à 3300m, ce qui fait qu’il n’est que légèrement moins haut que le Tibet !

Même si la plus grande partie de cet altiplano est en Bolivie, son voisin chilien n’a rien a lui envier, entre le village de Chungara, perché à 4500m d’altitude, le Salar de Surire, San Pedro de Atacama, oasis bienvenue en plein milieu du désert d’Atacama, ou le parc national Lauca – entre autres.

Cette région offre une variété de paysages que l’on ne trouve nulle part ailleurs, dans laquelle se mêlent deux environnements distincts, celui de l’Altiplano et celui du désert d’Atacama, créant un mélange surprenant et d’une extrême beauté. Auparavant péruviens et boliviens, les territoires qui forment l’extrême nord du Chili furent annexés durant la guerre du Pacifique en 1879. Située à l’embouchure du fleuve Azapa, la ville d’Arica marque aujourd’hui le début du pays.

C’est une zone d’extrêmes contrastes dans laquelle l’aridité du désert se conjugue parfaitement avec les vallées fertiles et les oasis de l’Altiplano. Ces caractéristiques climatiques ont donné naissance à de magnifiques paysages. Par exemple, autour de San Pedro de Atacama se trouve la vallée de la Lune et ses incroyables formations rocheuses, le Salar de Atacama qui s’étend sur plus de 300.000 hectares ou encore les geysers du Tatio ainsi que de nombreuses sources thermales, telles que celles de Mamiña et Puritama.

Cette région est dotée d’une grande biodiversité, dont les espèces les plus représentatives sont protégées dans les parcs et réserves nationaux tels que le parc de Lauca, celui de d’Isluga ou encore le Salar de Surire.

Les circuits les plus agréables commencent par une excursion dans la vallée d´Azapa, puis vous emmènent dans la vallée du río Lluta. Il s’agit aussi d’une zone remplie de trésors archéologiques, géoglyphes, pétroglyphes, peintures, et autres types d’art rupestre, qui nous rappellent le haut niveau de développement des peuples préhistoriques de la région.

La principale ville du grand nord, Iquique, qui est aujourd´hui connue pour son port et surtout pour sa zone franche, vivait autrefois de l’exploitation du salpêtre. On peut encore s’imprégner de l’ambiance de l’époque en visitant les villes fantômes de Humberstone et Santa Laura. Toujours dans le secteur minier se trouve la mine de Chuquicamata, près de Calama, considérée comme la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert du monde.

Dans cette région désertique, on trouve heureusement des oasis, comme Pica, un paradis pour arbres fruitiers sur lesquels poussent mangues, goyaves, oranges et pamplemousses qui ne laissent pas imaginer que nous sommes dans une des zones les plus arides du monde…

Le Petit Nord

C’est la fin du désert et le retour à la nature et à la verdure.

Ce territoire est composé des régions d’Atacama et Coquimbo. Il est considéré comme une zone de transition entre le désert du Grand Nord et les vertes vallées caractéristiques de la zone centrale. Les contrastes sont impressionnants : les terrasses verdoyantes chargées d’oliviers et de vignes se mêlent parfaitement aux terres asséchées qui composent aussi cette région.

Il existe d’ailleurs un phénomène naturel rarissime : la floraison du désert d´Atacama qui apparaît tous les 4 ans (de plus en plus décalée cependant en raison du changement climatique).

Un grand nombre de rivières (Limarí, Elqui, Choapa, Huasco, Copiapó) s’écoulent depuis les Andes et irriguent les terres qu’elles rendent donc propices à l’agriculture.

Les attraits naturels de cette région sont légion : le parc national du Nevado de Tres Cruces, le Parc Llanos de Challe (2 zones protégées), El Mensanoso, la plus grande dune du monde, ou encore l’Ojos del Salado, le volcan actif le plus haut du monde. Près de Chañaral, le Parc National Pan de Azúcar est une autre des attractions de cette région : il est idéal pour le camping et l’observation de la faune marine.

L’étape la plus agréable dans cette région est un peu plus au sud, à La Serena, deuxième ville historique du Chili, fondée peu après Santiago en 1544. Lieu de villégiature pour les habitants de Santiago, c’est le point de départ vers la vallée de l´Elqui, où les activités arboricole et viticole sont intenses. Elle tient d’ailleurs sa réputation de la production du fameux pisco, boisson nationale. De charmants petits villages ponctuent ce tour entre les vignes et les observatoires astronomiques ouverts au public.

Le ciel exceptionnellement dégagé est parfait pour les férus d’astronomie : c’est d’ailleurs pour cette raison qu’une multitude d’observatoires y ont été implantés, dont ceux de La Silla et du Tololo, qui sont les plus importants au monde. Pour les astronomes amateurs ou confirmés de l’hémisphère nord, le ciel du Chili est une aubaine puisqu’il présente des constellations complètement différentes de celles que nous avons l’habitude d’admirer.

Enfin de nombreux villages côtiers, comme Bahía Inglesa, vous feront profiter de leurs excellents restaurants de poissons et fruits de mer.

LA RÉGION DES LACS ET VOLCANS

C’est par l’Araucanie que commence ce voyage, et plus précisément par Temuco, la capitale de la région, à 700 km de Santiago. Les autres villes d’importance sont Valdivia et Osorno et, plus au sud, Puerto Montt qui marque le début de la Route Australe.

Lieux d’histoire et de culture, ces villes ont connu diverses influences à différentes époques, la culture allemande étant prédominante, visible aujourd’hui dans l’architecture des maisons et dans les traits physiques de ses habitants.
Territoire du peuple Mapuche, c’est ici que survivent les derniers Indiens ayant réussi à repousser l’envahisseur, jusqu’aux limites du fleuve Bíobío.

Mais c’est avant tout une région dominée par les volcans de la cordillère des Andes et par d’innombrables lacs, frontières naturelles avec l’Argentine.
Les nombreuses rivières (Valdivia, Maullin, Petrohué, Reloncaví, Puelo, Palena) qui affluent sur les versants, ont contribué à la formation de nombreux lacs dans la vallée, tels que le lac Llanquihue ou le lac Ranco, en particulier dans la zone de Panguipulli où se trouve la Route des 7 lacs.

En plein milieu de la Cordillère des Andes, dans ce que l’on appelle l’Anneau de Feu du Pacifique, se trouvent les volcans Osorno, Carran, Riñnahue, Puyehue et Calbuco, encore actifs, ainsi que quelques volcans éteint tels que le Casablanca et le Puntiagudo. Ce dernier est un ancien volcan qui, en raison de l’érosion des pluies possède une cheminée pointue de lave durcie. Les volcans les plus actifs de ces dernières décennies ont été le Riñinahue et le Carran.
Une légende Mapuche tente d’expliquer l’existence de l’Osorno : à la création du monde, un ancien, puissant et maléfique esprit appelé « Peripillán », fut emprisonné dans la partie la plus profonde de la terre. Le volcan Osorno et ses éruptions proviendrait de ses violentes tentatives pour remonter à la surface.

Dans cette région, le voyageur pourra pratiquer des activités aussi diverses que l’ascension de volcan, la pêche à la truite, l’équitation, le ski, le rafting ou encore se reposer dans les nombreux thermes de la région ou les lacs. 
Principales attractions : le Parc Huerquehue, le Parc National Villarrica et son volcan, les villages de Pucón, Puerto Varas, Frutillar, traversée des lacs jusqu’à Bariloche (Argentine).

- Le parc Huerquehue a une superficie de 12.500 hectares et une végétation native d’araucarias, hualles, lingues, tepas. Il héberge des espèces d’animaux en voie d’extinction comme le condor et le pudú. Il est situé à 32 km de Pucon et ses 20 petites lagunes en font un endroit très agréable pour un trek (niveau facile).

- Le Parc National Villarrica, situé dans une ramification latérale de la cordillère des Andes se caractérise par ses volcans, ses forêts, ses grottes, ses rivières et ses lagunes. Le volcan Villarrica en est la principale attraction avec ses 2847 mètres et sa réputation du volcan le plus actif d’Amérique du Sud. Le Villarrica est un stratovolcan basaltique-andésitique. Il est constitué de deux caldeiras. La plus récente est allongée selon une direction Nord-Ouest Sud Est, suivant la direction plus générale de la chaîne volcanique Villarrica-Quetrupillan-Lanin. Prenant assise sur ces deux caldeiras, s’est mis en place très récemment un cône, dont le cratère, au sommet, a 1,5 km de diamètre. C’est de ce cratère que se produit l’activité éruptive. Cette activité se caractérise essentiellement par l’émission de lave basaltique fluide et par une activité explosive – sommitale ou à partir de fractures radiales.
Le cratère présente un puits d’environ 300 m de diamètre pour 150 m de profondeur. L’ascension vaut le détour pour aller observer la lave qui bout à l’intérieur du cratère. En hiver un centre de ski recouvre ses pentes, ce qui en fait un centre d’intérêt tout au long de l’année.

- Les villages de Pucón, Puerto Varas ou Frutillar sont des invitations à la détente, petites stations balnéaires en bordure de lac, où l’on pourra passer une soirée au casino après une journée d’intenses activités sportives.

- La traversée des lacs jusqu’à Bariloche en Argentine est une excellente manière de traverser la frontière à ce niveau du voyage.

LA ROUTE AUSTRALE

La Route Australe au Chili est parallèle à la Route 40 en Argentine et la continuation de la Panaméricaine qui relie l’Alaska à la Terre de Feu. Cette route est très récente. La première portion fut inaugurée en 1986 à la demande du général Pinochet, alors à la tête du Chili, qui prit la décision de construire une route reliant les nombreux villages et villes dans le sud du Chili.

À l’époque, ces villages étaient totalement isolés du reste du pays : certains villages ne possédaient qu’un accès par la mer à partir du territoire, à moins de fouler obligatoirement par voie terrestre le sol argentin. Un grand nombre de villages semblent s’être arrêtés dans le temps.

L’étroit territoire du sud chilien de Puerto Montt, entre les Andes et la mer, est découpé par des fjords profonds formés durant le dernier âge de glace. Le terrain est très abrupt, tapissé de volcans, de coulées de lave, de lacs, de rivières et de l’épaisse forêt andine de Patagonie. Dans cette région, il est possible de visiter la réserve naturelle de Pumalín, et le parc national Hornopirén.

Le Parc Pumalín est le plus grand parc privé du monde, avec 320.000 hectares transformés en réserve naturelle. L’entrée principale du parc doit être réaménagée après le passage destructeur des nuages de cendres du volcan Chaiten.

Sur le chemin, on suit le cours de la rivière Futaleufú, mondialement réputée pour la pratique du kayak et du rafting. Des centres thermaux, dont le plus connu Puyuhuapi, ponctuent la route. C’est également le paradis de la pêche sportive et une zone intense d’élevage de saumons.

Coyhaique, capitale de la région est le point de départ des excursions vers la laguna San Rafael.

Le Lac General Carrera, point incontournable de la route australe, nous montre sa nature exubérante, contrastée par des zones de bosque muerto (forêt morte dû à un immense incendie qui ravagea la région il y a trente ans). Le lac, partagé entre le Chili et l’Argentine, avec plus de 978,12 kilomètres carrés et 200 kilomètres de long est le plus grand lac du Chili et le deuxième en Amérique du Sud.

Depuis le début des années 90, le lac General Carrera a ouvert au tourisme sa principale ville : Chile Chico. Il est possible d’y pratiquer la pêche sportive. De plus, à marée basse, vous pourrez partir en kayak pour découvrir les cathédrales de marbre, un ensemble d’îlots rocheux de couleur marbre et ivoire créé par l’érosion de l’eau sur la falaise.

Pour finaliser ce voyage, vous pourrez emprunter une barcasse entre Cochrane ou Villa O´Higgins, point le plus austral de cette route. Il vous faudra alors passer en Argentine, remonter prendre un bateau ou un avion pour continuer votre voyage.

ATACAMA, DÉSERT BRÛLANT

On dit que c´est l’endroit le plus sec du monde…

Le désert d´Atacama évoque avec justesse une aridité absolue, un ciel bleu imperturbable et une chaleur écrasante. Tenu à l´écart des brises océaniques par la cordillère de Domeyko à l´Ouest, alors qu’à l´Est, la cordillère pré altiplanique l´isole de la fonte des glaciers andins, cette région ne reçoit quasiment aucune précipitation. Avez-vous déjà rencontré des gens qui n´ont vu la pluie qu´à la télévision ? Là-bas vous en trouverez !

San Pedro de Atacama, oasis situé à 2450 mètres d’altitude, tient son nom du peuple des Atacamènes qui y sont installés depuis plus de 10000 ans. À l’origine, ils vivaient de la cueillette, l’artisanat et l’agriculture mais ont toujours réussi à s’adapter à leur environnement extrêmement hostile. Le Musée le Paige vous en apprendra davantage sur leur civilisation.

Partez à la découverte d’une région unique, de sa faune incroyable (vigognes, flamants, viscaches…), des plus belles lagunes, de Cejar aux lagunes Miscantis-Miñiques, de la secrète Vallée de la Lune et des Geysers du Tatio.

- Envie de sport ? Optez pour une randonnée à cheval, une descente en sandboard, ou encore pour l’ascension d’un volcan à plus de 6.000 m d’altitude.

- En quête de farniente ? Relaxez vous dans les thermes, profitez d’un Pisco Sour au milieu d’un salar (lac salé).

- À la recherche d’insolite ? Survolez le désert en ULM ou passez une soirée à observer le ciel le plus pur du monde avec un astronome professionnel dans un des nombreux observatoires de la région.

- Envie d’une expédition vers une autre région/pays ? C’est le point de départ vers l’altiplano chilien, le nord ouest argentin ou le sud lipez bolivien.

Aventuriers, amateurs de rencontres, photographes ou tout simplement curieux, en piste pour un séjour dans le désert !

SANTIAGO DU CHILI ET SA RÉGION

Situé dans une vallée entre la Cordillère des Andes et la Cordillère de la Côte, Santiago de Chile avec ses 7 millions d’habitants est l’une des plus grandes capitales d’Amérique du Sud.

Fondée le 12 février 1541 par le gouverneur espagnol Pedro de Valdivia, la ville a connu depuis de nombreuses transformations. Santiago se laisse facilement découvrir et ne correspond nullement à l’image chaotique qu’on se fait généralement des grandes zones urbaines d’Amérique Latine.

Le voyageur sera séduit par la visite du centre historique de la cité, et du quartier de Bellavista, par la vue depuis le Cerro San Cristobal ou encore par la découverte des vignes environnantes ou du Cajon del Maipo.

Santiago est également le point de départ pour visiter les villes de Valparaiso et Viña del Mar.

Valparaiso, littéralement Vallée du Paradis dont le centre historique a été déclaré en 2003 Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO, est un des lieux les plus beaux et pittoresques de la région centrale du Chili. Dominée par 42 collines, la baie de Valparaiso forme un amphithéâtre naturel donnant sur l’océan Pacifique. On y trouve ainsi 16 funiculaires qui donnent accès aux quartiers de la ville haute.

Viña del Mar, quant à elle, est située à quelques kilomètres de Valparaiso et est l’une des stations balnéaires, les plus prisées d’Amérique du Sud.

LES ILES DU PACIFIQUE

Parmi les centaines d’îles que possède le Chili, il y en a trois qui attirent plus particulièrement les visiteurs et dans lesquelles vous pouvez voyager en toute simplicité : l’île de Pâques, l’île de Robinson Crusoé et celle de Chiloé.
Les deux premières sont très éloignées de la terre ferme, perdues dans le Pacifique à respectivement 3.700 km et 500 km des côtes chiliennes. Chiloé quant à elle, bien plus grande que les autres avec plus de 8.000 km2 de superficie, se trouve à seulement vingt minutes de ferry de Puerto Montt, le principal port du sud du pays dans la région des Lacs et des Volcans.

Trois iles, trois cultures, un pays

L’île de Pâques, ou Hanga Roa en Rapa Nui (terme désignant aussi bien l’île que la langue), est l’un des endroits les plus exotiques du pays. La culture Rapa Nui, d’origine polynésienne, a de tout temps été une source d’admiration, en raison notamment des importants monuments en pierre monolithiques, les Moais, ces fameuses statues qui depuis plus de 800 ans agrémentent la géographie volcanique de l’île. Cette culture et cette langue demeurent bien vivantes et attirent chaque année sur le « nombril du monde » des milliers de visiteurs venant apprécier cette île hors-normes pour essayer d’en percer les mystères. L’infrastructure n’a rien à envier à celle du continent, de nombreux hôtels et restaurants offrent toutes les catégories de services aux touristes.

L’île de Robinson Crusoé, qui fait partie de l’archipel Juan Fernandez, a été durement touchée par le tsunami de février 2010. Une grande partie de son infrastructure municipale et hôtelière est en cours de reconstruction, cependant vous pourrez profiter de l’accueil chaleureux de ses quelque 500 habitants, descendants de ceux qui colonisèrent l’île voilà un siècle. Vous pourrez y déguster de délicieuses langoustes qui constituent souvent le plat principal. Les espèces naturelles endémiques de l’île de Crusoé sont encore plus riches et variées que sur les Galapagos, notamment au niveau de la flore et la multitude d’oiseaux qui y résident. Le roman Robinson Crusoé est fondé sur deux naufrages, l’un d’eux est celui du marin écossais Alexander Selkirk, qui fut retrouvé en 1709 après avoir passé 4 ans sur l’île déserte qui aujourd’hui porte son nom en référence au livre.

L’archipel de Chiloé, au sud-ouest de Puerto Montt, est un groupe d’îles à 20 minutes de ferry du continent dont les grandes villes comme Ancud, Castro ou Quellón jouent le rôle d’ambassadeur de la culture Chilote. A mi-chemin entre les influences paysannes et celles des pêcheurs, c’est une culture riche en mythes, en traditions culinaires, en solidarité et en mélanges architecturaux que vous aurez l’occasion de découvrir. Avec un parc national de toute beauté et ses églises inscrites par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité, Chiloé saura vous captiver par son authenticité. Il y a aussi une réserve de pingouins que l’on peut aller visiter au nord de l’île, pour cela munissez-vous d’une bonne veste imperméable car il pleut beaucoup à Chiloé, cela fait partie du décor.

LA PATAGONIE, LE BOUT DE LA ROUTE

La Patagonie, littéralement « Terre des grands pieds », est cet immense territoire au sud du continent américain qui fut longtemps objet de discorde entre l’Argentine et le Chili. Aujourd’hui encore, il reste quelques zones floues dans le découpage des frontières…

En raison des caractéristiques uniques de son écosystème, elle est d’un grand intérêt écologique, scientifique et touristique.
Contempler la Patagonie chilienne n’est pas seulement un régal pour les yeux, c’est aussi respirer un air nouveau, écouter le vent et se sentir immergé dans un rêve, voyager à travers des paysages dans lesquels la marque de l’homme est encore minime.

Les glaciers, montagnes, rivières, lacs, fjords, îles, mais aussi les forêts, steppes et zones humides qui la composent, font de cette région l’une des plus grandes réserves d’eau douce de la planète et un patrimoine naturel non seulement du Chili, mais aussi de toute l’humanité.

- Punta Arenas est le centre administratif de la région de Magellan, ville de 120.000 habitants, elle compte un aéroport et surtout un important port de pêche qui est aussi une zone franche. L’exploitation pétrolière fait vivre l’autre partie de la population. Le tourisme y est récent mais les activités se développent peu à peu et, puisque c’est un point de passage obligé, autant en profiter pour aller voir les réserves de pingouins et profiter de la bonne offre hôtelière du centre de la ville.

- La ville de Puerto Natales est la porte d´entrée au Parc National Torres del Paine qui est certainement l’un des plus beaux parcs d’Amérique. Situées à 2000 mètres au-dessus de la steppe patagonne, les Torres (Tours du Paine) offrent un spectacle vertical et tout en granite d’une rare beauté.
Le parc, créé en 1959, était occupé par une ancienne estancia spécialisée dans l’élevage de moutons. Il rentre en 1978 dans la réserve de biosphère de l’Unesco et compte de nombreuses espèces de la faune andine comme les nandous, les guanacos et les condors. Grand de 181 000 hectares, il est impressionnant de beauté et la variété de ses paysages est exceptionnelle. On passe des vallées verdoyantes et rocheuses à des mers de glace tombant dans des lacs aux eaux cristallines.
Le randonneur, quel que soit son niveau, trouvera évidemment son bonheur dans cet endroit unique. Le voyageur en quête de grands espaces pourra, quant à lui, s’offrir de belles excursions d’une ou plusieurs journées alternant tours en catamaran, balades à cheval et randonnées le long des lacs millénaires.

- Tout au sud il y a la Terre de Feu, avec la plus connue de ses villes, Ushuaia du coté argentin mais c’est Puerto Williams, au Chili, la localité la plus australe du monde.
On pourra y faire du trek en plein été mais c’est surtout aux croisières que l’on pense : embarquer sur un bateau pour croiser le Cap Horn et mettre le cap sur l’Antarctique, quelle aventure !
On ne pouvait pas rêver plus belle région pour terminer un si grand continent !